Le Banquet gratiné


18 décembre 2014

Commissariat général : Valérie Boudier et Gilles Froger, assistés de David Faltot
Participants : M.Allibert, N.Benzaïd, E.Califano, R.Camus, S.Carrière, E.Cazorla, M.Charpentier, J.Chevalier, M.Claebots, L.Claverie, C.Colombel, T.Coone, M.Couvercelle, M.Cretu, S.David, L.Defrene, L.Delcroix, S.Deltombe, P.Deng, M.Do, M.Dosquet, C.Du, Kim Duan Quoc, J.Ducloy, R.Duel, H.Dupin, S.Enriquez, E.Falhun, A.Ferrant, E.Gauthier, A.Guerre, J.Guerville, S.Hanarte, M.Harvent, M.Jocaille, A.Kadik, R.Labriaud, C.Lamarque, F.Leleux, M.Lesage, L.Logier, Di-Han Mao, D.Mohlo, L.Niamen, H.Nivessjeudi 8e, E.Niyigena Gilleman, E.Patrouillaut, S.Perry, R.Pottier, A.Renard, M.Ryke, T.Schiell, M.Schmidtke, M.Semery, E.Sepieter, T.Touzalin, C.Walkowski, R.Werle, K.Marcelin Yao
Merci à Heure exquise ! et au FRAC IDF pour le prêt des œuvres de Hervé Lesieur et de Jan Kopp.

À la fois exposition et scène performée, Le Banquet gratiné a lieu le jeudi 18 décembre 2014, en conclusion de la première phase du séminaire, conduit par Valérie Boudier (université Lille 3) et Gilles Froger (ESA), portant sur une approche des diverses formes de banquets dans les œuvres littéraires, artistiques et théâtrales en Occident, du Moyen-âge à nos jours.
Les étudiants de Master des deux établissements inscrits dans ce séminaire se sont répartit les divers rôles, temps et mouvements nécessaires pour mener à bien la manifestation – régie, scénographie, intendance, communication… Ils interviennent également, ainsi que plusieurs étudiants d’autres années, en tant qu’artistes et cuisiniers. Ce sont donc les résultats de leurs cogitations et concoctions que les visiteurs sont invités à découvrir et, pour une part, à déguster. Les délices, surprises et recherches proposés – cakes, performances, installations,

 

dessins, photographies, vidéos… – sont autant de réactions aux diverses facettes de ce que peut représenter un banquet. Divers plaisirs, d’abord : ceux de l’inventivité culinaire, de la gourmandise, du jeu, du chant, de l’échange, de la reconnaissance, des retrouvailles, du partage des mets et des entremets ; un plaisir plus grave aussi, celui de la réflexion sur le hors champ d’un tel moment festif, d’une part en considérant la situation des exclus de tout banquet, d’autre part en interrogeant notre lien à la nourriture.
L’exposition présentait également deux œuvres vidéo d’artistes confirmés : Le Repas électrique (1983) d’Hervé Lesieur et Monstres (2003) de Jan Kopp