La dimension olfactive


1er Décembre 2016
de 16 à 18h

Julie Fortier invitée par Valérie Boudier (Lille 3) et Gilles Froger (ESA)

Artistes : Damien BIET, Noémie BONNEL, Gaëlle BRIDOUX, Marion CAPLIER, Mathilde CHIEUX, Amélie FRANÇOIS, Christelle HERBERT, Eva LAMBIN, Heng LIANG, Juliette MAGNY, Gabrielle OSTER, Lina QI, Théo ROMAIN, Alizée SÉGARD.

Dans le cadre du programme de recherche « Les cinq sens » dirigé par Valérie Boudier et Gilles Froger et portant cette année sur « la dimension olfactive », l’artiste d’origine québécoise Julie C. Fortier invite les élèves de Master de l’ESA et du département Arts de Lille 3 à participer à un workshop d’une durée de quatre jours dont la restitution se fera dans la Galerie commune le 1er décembre 2016 de 16h à 18h.
Les étudiants auront la possibilité de travailler à partir des odeurs de différentes manières : soit directement avec des matériaux odoriférants comme la nourriture ou encore les produits d’entretien, en utilisant des procédés de diffusion spécifiques (cuisson, ventilation, etc.) ; soit en créant des parfums à base d’huiles essentielles ou de molécules de synthèse, grâce à divers produits et matériels apportés par l’artiste.
Ce workshop sera l’occasion de se questionner sur l’absence/présence et le pouvoir de représentation des odeurs. Le réel défi sera de trouver la manière la plus juste d’exposer et de mettre en espace les rendus plastiques (dessins, installations, performances, etc.).
Pour la venue de l’artiste, un repas a été organisé par les étudiants à la cafétéria du pôle Arts Plastiques de Tourcoing. En questionnant les liens entre la nourriture et l’olfaction, chacun a confectionné une entrée, un plat, un dessert ou une boisson proposant des arômes et senteurs originaux, que ce soit en revisitant des recettes médiévales, en inventant des mélanges audacieux ou en prenant le risque de proposer des mets particulièrement odorants (notamment avec le fruit appelé Durian)
Dans le travail de Julie C. Fortier, une place importante est consacrée aux odeurs. L’artiste a d’ailleurs suivi une formation dans le domaine de la parfumerie. Elle crée elle-même, dans une démarche expérimentale, les parfums et senteurs qu’elle associe ou non à des arômes, en imaginant des processus permettant leur meilleure exposition possible (installations, dessins, performances culinaires et olfactives, etc.).

 

 

Julie C. Fortier compose également des récits faisant appel à la mémoire, en faisant jouer la puissance mnésique et affective des odeurs..Ses œuvres se caractérisent par une sensation de perte et d’effacement, liée au caractère insaisissable et éphémère des odeurs. Parmi ses œuvres les plus importantes, on peut noter le paysage olfactif intitulé « La chasse » qui a été exposé en 2015 au Tri Postal de Lille. Cette installation reconstituait sur un mur une sorte de prairie, ou de fourrure, grâce à 80 000 touches alliant trois parfums (une odeur d’herbe fraîchement coupée, une autre de pelage chaud d’animal , et la dernière reconstituant l’odeur du sang).