Pics, caps et péninsules – œuvres à dimension olfactive


Vernissage : jeudi 12 avril 2018 – 17h45/19h45
Galerie commune, Tourcoing
Du 12 avril au 19 avril 2018
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h, de 16h à 18h et sur rendez-vous.

Invité spécial: Boris Raux / Commissariat: Jean-Charles Farey, avec la participation d’Anne-Emilie Philippe

L’exposition Pics, caps et péninsules – œuvres à dimension olfactive, encadrée par l’artiste Jean-Charles Farey, présente des travaux réalisés par des étudiants inscrits dans le séminaire de master Sens mineurs – La Dimenson olfactive, conduit par Valérie Boudier (Université de Lille SHS) et Gilles Froger (ESA), ainsi que des livres d’artiste conçus par des étudiants inscrits dans l’atelier d’Anne-Emilie Philippe (ESA).

Après avoir visité le laboratoire de Patricia Nagnan-Le Meillour (directrice de recherche, INRA) à l’Université de Lille – Sciences et Technologies, assisté à l’intervention du compositeur et musicologue François Courtot (Université de Lille SHS) sur les relations entre musique et odeur et participé aux séances du séminaire portant sur la représentation du sens de l’odorat dans l’art ancien et sa présence dans un certain nombre d’œuvres contemporaines, les étudiants ont été invités à proposer des travaux mettant en jeu ce sens longtemps considéré comme mineur.

Nécessairement hybride, l’œuvre à dimension olfactive fait aussi bien appel à la sculpture ou à l’installation qu’au dessin, à la peinture ou encore aux nouveaux outils technologiques. L’odeur peut être créée, à l’image d’un parfum artisanal ou industriel, ou bien récupérée d’un produit existant. Elle peut être émise par les matériaux employés ou ajoutée, mélangée, saturée, détournée. Ce sont ces différentes possibilités qui sont mises en jeu dans cette exposition qui fait aussi bien appel à la capacité évocatoire ou mémorielle de l’odeur qu’à sa faculté à donner du plaisir ou du désagrément.

 

Intime, collective, artificielle ou naturelle, produite à des fins de marketing ou de haute séduction, spontanément créée par dégradation des aliments ou de matériaux périssables, l’odeur est envisagée dans la multiplicité de ses possibilités de formes et de contenus.

Le spectateur sera invité à se déstresser loin de son environnement en s’abandonnant à la rêverie dans une odeur de sous-bois – mais attention, le son des moustiques pourrait vite mettre fin à ce voyage en Arcadie !

L’exposition Pics, caps et péninsules – œuvres à dimension olfactive est associée à la journée d’étude La dimension olfactive dans l’art contemporain.

L’exposition accueille également une œuvre immersive de Boris Raux, Komorebi (Light through the trees) – 2017